Emma Theofilus est la plus jeune ministre et députée de Namibie à 23 ans


La nomination de Theofilus au poste de ministre adjointe de l'information et de la technologie a également fait d'elle la plus jeune députée du pays d'Afrique australe.

.

Une Namibienne de 23 ans, Emma Theofilus, a été nommée la plus jeune ministre du pays. La nomination de Theofilus par le président Hage Geingob au poste de ministre adjointe de l'information et de la technologie a également fait d'elle la plus jeune députée du pays d'Afrique australe.

Diplômé en droit, Theofilus faisait partie de la liste des huit membres non votants du président Geingob annoncée dimanche et assermentée mardi, rapporte la Namibie.

Selon plusieurs rapports, Theofilus a été informée de sa nomination par un appel téléphonique "étonnamment rare" de la State House qui allait changer sa vie pour toujours en tant que l'une des huit candidats à la présidence de l'Assemblée nationale du pays et vice-ministre.

La nomination de la jeune femme de 23 ans, comme prévu, a attiré un barrage de critiques de la part des anciennes élites du pays, remettant en question sa capacité et sa compétence - critiques qu'elle a prises froidement et a juré de réclamer l'honneur qui lui avait été fait.

«Je ne pense pas que je suis spécial, mais je ne pense pas que je suis inexpérimenté, et je ne pense pas qu'être jeune ou femme n'a rien à voir avec mon rendez-vous. Tout ce que je me fixe et tout environnement dans lequel je veux travailler, je peux le faire; la question de l'inexpérience ne retient donc pas l'eau », a déclaré Theofilus rapporté par The Namibian.

"Je suis tout excité. On me dit que je serai utilisé comme référence pour les jeunes. Je relève le défi comme si j'avais assumé d'autres rôles de leadership. C'est un territoire inexploré et un espace politique, mais je suis prête à relever le défi », a-t-elle ajouté dans une interview séparée.

Theofilus est largement connu dans la fraternité de la société civile namibienne comme étant un jeune militant et leader «hautement capable» et engagé. Et la commentatrice politique, Graham Hopwood, pense qu'elle était «idéalement placée pour un poste de direction au ministère de la jeunesse», bientôt.

La nomination de Theofilus intervient à un moment où la jeunesse namibienne avait appelé à l'introduction de visages plus jeunes dans la structure de direction du pays, qui est en grande partie composée de retraités.

"Ce n'est pas seulement l'inclusion, mais le président montre et démontre un exemple pratique et a confiance en nous en tant que jeunes", a déclaré l'ancien activiste des jeunes Ester Simon.

Avant sa nomination qui a changé sa vie, Theofilus était employée en tant que juriste au Ministère de la justice où elle s'occupait de la rédaction de rapports sur les droits de l'homme ainsi que de la mise en œuvre de la stratégie de la nation en matière de droits de l'homme, entre autres.

Consciente des attentes qui nous attendent, elle a dit qu'elle n'entrerait pas dans le ministère en pensant "Je sais tout."

«Donc, bien sûr, le ministre, qui est le chef et le représentant politique, et le sous-ministre permettent à l'ensemble du poste ministériel de fonctionner. C'est un rôle de soutien, tout comme toute loi a des règlements de soutien pour lui permettre de fonctionner.

«Je ne pense pas qu'être sous-ministre soit un rôle qui ne peut pas prendre vie, la personne devrait savoir ce qu'elle a prévu pour ce poste et n'importe qui peut le faire. Ce n'est pas un rôle insignifiant », a-t-elle ajouté.

534 Vues

Réponses