Le Canada ouvre ses frontières à 1 million d'immigrants de plus



Le Canada ouvre ses frontières à 1 million d'immigrants de plus

Alors que de nombreux pays du monde entier ferment leurs frontières aux immigrants, le Canada a fait exactement le contraire.

Beeso est un réseau social qui a pour but la promotion de la culture afropolitaine et urbaine.
Déjà des milliers d'utilisateurs ont sauté le pas. Faites comme eux et rejoignez la première communauté Afro-Connecté de France.

 

Il ouvre ses frontières à un million d'immigrants supplémentaires, selon un rapport déposé au Parlement par Ahmed Hussen, ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté.

 
 

«Grâce en grande partie aux nouveaux arrivants que nous avons accueillis au cours de notre histoire, le Canada est devenu le pays fort et dynamique que nous aimons tous. Les immigrants et leurs descendants ont apporté des contributions incommensurables au Canada, et notre succès futur dépend de la nécessité de continuer à nous assurer qu'ils sont bien accueillis et bien intégrés », indique le rapport.

Hussen est aussi l'un des immigrants. Il est arrivé au Canada en 1993, à l'âge de 16 ans, alors qu'il venait d'une Somalie déchirée par la guerre. 

Selon le rapport, le Canada a accueilli en 2017 plus de 286 000 résidents permanents, dont 44 000 réfugiés réinstallés, des personnes protégées et des personnes admises pour des raisons humanitaires, de compassion et de politique publique.

Le pays a également adopté des plans pour augmenter le nombre d'immigrants à 340 000 par an d'ici 2020.

«Cette augmentation nous aide également à améliorer le service, car nous avons pu traiter de nombreux arriérés chroniques dans notre système d'immigration. Les résultats clés incluent la réunion des époux et des autres membres de la famille dans les 12 mois, la réduction du délai de traitement de la citoyenneté de 24 à 12 mois et le traitement des demandes de fournisseur de soins en moins de 12 mois », ajoute Hussen dans son rapport.

Déjà, le Canada fait face à un afflux d'immigrants en provenance des États-Unis suite à la politique du président Donald Trump qui a fait craindre que certaines 
personnes perdent leur statut de protection temporaire.

Bien que la décision de Trump de mettre fin au programme de TPS ait été temporairement bloquée par un juge fédéral, les Américains d'origine haïtienne continuent de se déplacer de l'autre côté de la frontière nord, craignant d'être déportés s'ils restaient aux États-Unis.

1094 Vues