Le Ghana exhorte les africains à «rentrer au pays»



Le Ghana exhorte les africains à «rentrer au pays»

Sicley Williams était prête à échapper à ce qu’elle avait trouvé aux États-Unis dans un climat hostile et à faire un acte de foi, laissant son Chicago natal au Ghana.

Beeso est un réseau social qui a pour but la promotion de la culture afropolitaine et urbaine.
Déjà des milliers d'utilisateurs ont sauté le pas. Faites comme eux et rejoignez la première communauté Afro-Connecté de France.

 

Elle s'était déjà rendue en vacances dans la nation ouest-africaine et à son retour en 2017, elle a trouvé du travail, pratiquant le yoga et offrant des services de spa.

«Le climat des États-Unis était vraiment très négatif, en particulier le climat racial», a déclaré Williams.

Au Ghana, cette tension a presque entièrement disparu, a-t-elle ajouté.

«C’est beaucoup plus agréable d’être dans un endroit où vous vous sentez plus accepté, plus libre, plus ouvert, qui vous ressemble et, bien sûr, vous entourez des gens qui vous ressemblent.»

Williams est devenu l’ambassadeur officieux d’un mouvement croissant qui encourage d’autres Afro-Américains à s’installer au Ghana.

La Présidente Nana Akufo-Addo a désigné 2019 «Année du retour» à la fois pour commémorer la résilience des Africains forcés à l'esclavage et pour encourager leurs descendants à «rentrer chez eux».

«Nous connaissons les réalisations extraordinaires et les contributions qu’ils (Africains de la diaspora) ont apportées à la vie des Américains, et il est important que cette année symbolique, 400 ans plus tard, nous commémorions leur existence et leurs sacrifices», a-t-il déclaré en septembre dernier. .

Son timing était basé sur le premier débarquement enregistré d'un navire transportant des Africains en Virginie en août 1619, ce que les historiens ont décrit comme un navire de guerre anglais qui avait pillé une marchande portugaise.

Des personnalités telles que la top-modèle Naomi Campbell et les acteurs Idris Elba et Rosario Dawson ont lancé le programme d'une année en participant au Full Circle Festival à Accra à la fin du mois de décembre.

Le Ghana est encore parsemé de donjons et de châteaux établis lors de la traite des esclaves, qui constituent un puissant rappel du passé pour sensibiliser les citoyens et les visiteurs étrangers à l'esclavage.

L'ancien président américain Barack Obama et sa famille ont visité le château de Cape Coast en 2009 et l'ont décrit comme un lieu de «profonde tristesse».

"Cela nous rappelle que, si terrible que puisse être l'histoire, il est également possible de la vaincre", a-t-il déclaré à la presse lors de la visite du monument, avec sa fameuse "porte de non-retour" dans le donjon.

 

L'invitation d'Akufo-Addo n'est pas la première des présidents ghanéens.

En 2000, le Ghana a adopté une législation destinée à faciliter la vie et le travail des personnes de la diaspora africaine.

Akufo-Addo s'est engagé à simplifier le processus de visa.

La ministre du Tourisme, Catherine Abelema Afeku, organise des festivals de musique et de culture, notamment les célébrations de l'indépendance du Ghana en mars.

Il y aura également Panafest, un festival de théâtre visant à réunir les Africains du continent et de la diaspora «autour des questions de l'esclavage».

Christabel Dadzie espère que 12 mois de célébrations vont inspirer le retour des Ghanéens de la diaspora.

Après une dizaine d'années de travail aux États-Unis, Dadzie a fondé Ahaspora Young Professionals pour aider les membres de la diaspora à faire la transition au Ghana.

Avec un réseau d'environ 2 000 personnes, Dadzie et d'autres personnes répondent à des questions telles que comment trouver un emploi, où recruter une baby-sitter ou même acheter des articles ménagers.

Le groupe propose également des services communautaires tels que l'encadrement des élèves du secondaire en développement professionnel et a collecté des fonds et des dons pour les secours en cas de catastrophe.

Voir les membres de la diaspora venir au Ghana "sera formidable pour notre tourisme et notre camaraderie, en faisant la connaissance d'autres personnes ayant des liens avec le pays", a déclaré Dadzie, qui organise l'un des événements de la célébration.

«Ils rentrent chez eux et font des choses incroyables en matière d’entreprise, alors, en fait, ils prospèrent ici.»

L'entrepreneur Dedo Azu a déclaré que le déménagement au Ghana comportait des difficultés évidentes, notamment le fait de devoir payer un loyer d'un an ou deux et de créer un sentiment d'aliénation.

Après 11 ans au Canada, Azu a mis du temps à trouver ses marques.

Mais elle a réalisé une percée en tant que propriétaire de Tea Baa, l'un des bars les plus populaires d'Accra, servant des boissons glacées dans des bocaux Mason.

Ceux qui sont déterminés à «rentrer chez eux» peuvent gagner leur vie, a déclaré Azu. «Si vous venez, vous trouverez un peu d’espace pour faire ce que vous voulez ou le rendre meilleur.

«Si nous revenions tous et apportions ce que nous avions, nous aurions peut-être vraiment quelque chose à montrer», a déclaré Azu en prenant une gorgée d'un thé glacé Earl Grey.

Elle comprend pourquoi le gouvernement invite les gens à revenir. «Cela se résume à un message simple:« Nous vous aimons, venez à la maison », a-t-elle dit.

493 Vues