Soyons logique, si Saint Nicholas était noir, alors le père noël est NOIR !



Soyons logique, si Saint Nicholas était noir, alors le père noël est NOIR !

Nous connaissons un « Noël blanc », c’est-à-dire des fêtes enneigées. Et dans l’imaginaire occidental, le Père Noël est également blanc. Et pourtant…

Beeso est un réseau social qui a pour but la promotion de la culture afropolitaine et urbaine.
Déjà des milliers d'utilisateurs ont sauté le pas. Faites comme eux et rejoignez la première communauté Afro-Connecté de France.

Il n’y a pas à dire, petits, nous avons tous cru au Père Noël. Le soir du 24 décembre, nous nous endormions en pensant aux cadeaux que ce vieux monsieur ventru à la barbe blanche allait déposer sous notre sapin.

  

Le Père Noël blanc est ses cadeaux

 

Nous y avons cru jusqu’à l’âge de 7-8 ans, pour certains, et de 10-11 ans, pour d’autres. C’était un « petit mensonge » de la part de nos parents, nous permettant ainsi de participer à ce rituel social.

 

Un gros mensonge

  

Cependant, lorsque le Père Noël est présenté comme un homme blanc, ce mensonge prend une tout autre dimension. Il devient très gros…

 

 

Aussi gros que la propagande du « Jésus blanc » et cette fâcheuse tendance des Occidentaux à vouloir gommer l’histoire des Noirs.

 

Bref, c’est une imposture historique et sociale.

 

Chers lecteurs, notez bien ceci : le Père Noël est un être fictif. Mais dans l’éventualité de sa réalité, disons ceci : « le vrai Père Noël était noir ».

 

Aujourd’hui, s’il était un citoyen montréalais, il serait peut-être l’une des 500 personnes inscrites au recours collectif contre le SPVM pour profilage racial.

 

Permettez-moi d’éclaircir ma « désinvolture » en vous présentant Saint Nicolas, ou Nicolas de Myre, l’évêque noir, qui est à l’origine de la légende de Santa Claus.

 

 

 

C’est aussi une occasion de rappeler la présence des Maures – désignant les populations noires de l’Afrique du Nord – en Europe, notamment en Espagne, pays dans lequel ils ont dominé jusqu’au XVe siècle.

 

Il est né le généreux enfant noir

 

Qui est donc ce Saint Nicolas, qui a été le tout premier, à l’approche de Noël, à se hisser dans les cheminées des maisons pour faire des heureux?

 

Né au IIIe siècle à Patare, qui est aujourd’hui un village situé sur la côte sud de la Turquie, Nicolas était l’un de ces anciens Maures – Noirs – de l’Europe, qui sont malheureusement oblitérés par les historiens de l’Occident.

 

Issu d’une famille fortunée, anatolienne et noire, il a utilisé sa richesse pour subvenir aux besoins des nécessiteux et des souffrants.

 

 

Un Maure – Noir – d’Espagne

 

Sa réputation de généreux et de bienveillant a été acquise lorsqu’il porta une attention particulière à trois sœurs qui étaient menacées d’esclavage et de prostitution par leur père.

 

Inquiet par l’extrême pauvreté de sa famille, le père des trois demoiselles ne pensait qu’au « plus vieux métier du monde » comme solution face à leur précarité.

 

Or, une nuit, Saint Nicolas jeta secrètement un sac d’or dans la cheminée de la maison de la famille miséreuse. Et répéta cet acte de bienfaisance les deux nuits suivantes.

 

Ainsi, l’interventionnisme de l’évêque noir a permis au père de réunir les fonds nécessaires pour le mariage de ses trois filles.

 

C’est donc de cette belle histoire qu’est née la légende de Sinterklaas – pour Saint Nicolas – en Hollande.

 

En dépit du souci d’anonymat de l’homme généreux, cette légende sera répandue dans toute l’Europe.

 

Aux États-Unis, l’américanisation de Sinterklaas l’a transformé en Santa Claus.

 

Les Français, eux, l’ont baptisé Père Noël.

 

 

Saint Nicolas, les trois soeurs et leur père

 

En Haïti, on le surnomme affectueusement « Tonton Nwèl ».

 

L’histoire détournée

  

Et plus ce mythe prenait de l’ampleur, plus la couleur de peau de Saint Nicolas était ignorée, déniée et bafouée.

 

 

Une statue de Saint Nicolas à l’Église de Bari, en Italie, démontre clairement les origines africaines de L’archevêque

 

Pourquoi ce détournement de l’histoire?

 

Il nous est permis de croire que l’Occident accepte mal qu’un Noir soit le « symbole » de la distribution de jouets aux enfants de la Terre…

 

Et disons que, l’Amérique, aussi affairiste qu’opportuniste, préfère que ce personnage habillé en rouge et blanc, les couleurs de Coca-Cola, soit lié à son berceau nord-européen, où « tout le monde » est blanc.

 

 

Coca-Cola et le Père Noël, une union affairiste

 

Certains, refusant de reconnaître l’africanité de l’archevêque de Myre, vont même jusqu’à questionner son historicité.

 

Ne sommes-nous pas familiers avec ces dérives révisionnistes?

 

À mes amis grecs qui revendiquent l’appartenance hellénique de Saint Nicolas, le Patron des écoliers, réfléchissons-y :

  

Comment interpréter la peau noire de Nicolas de Myre, qui est bien visible dans la majorité des images qui l’illustrent?

 

Aussi, n’est-il pas un fait historique que la plupart des premiers et célèbres évêques de l’Église étaient Africains?

 

En conclusion, sachez que je n’exhorte aucunement qui que ce soit à déformer sa pensée pour qu’elle puisse faire place à un Père Noël noir.

  

Je souhaite tout simplement contribuer à une prise de conscience collective quant aux enjeux d’iniquités raciales.

 

Que ce soit dans le fictif ou l’historique, les personnages que l’on adule ne reflètent pas notre société multiculturelle et multiraciale.

 

Cette situation doit changer!

 

Vous, cher ami, qui pensez que le Père Noël doit être blanc, je vous dis : ho… ho… ho… 

  

Et je souhaite que celui-ci vous apporte de la clairvoyance.

311 Vues