Mark Babatunde, le seul Africain vivant à l'endroit le plus froid de la planète



Mark Babatunde, le seul Africain vivant à l'endroit le plus froid de la planète

Oladipo Mark Babatunde,  enseignant d'origine  nigériane, vit loin dans un village rural appelé  Oy,  dans le  district de Khangalassky.

Beeso est un réseau social qui a pour but la promotion de la culture afropolitaine et urbaine.
Déjà des milliers d'utilisateurs ont sauté le pas. Faites comme eux et rejoignez la première communauté Afro-Connecté de France.

 

Il est situé dans la  Russie de  la République de Sakha (Yakoutie) , le plus grand organe directeur infranationaux du monde par sa superficie qui est connue pour son climat extrême et sévère. Sa capitale -  Yakutsk  - est la ville la plus froide du monde.

Ce district de Russie abrite six groupes ethniques: les Yakuts, les Russes, les Ukrainiens, les Evenks, les Evens et autres. Babatunde fait partie de ce dernier groupe.

Mark Babatunde (twitter / siberian_times) Mark Babatunde (twitter / siberian_times)
 

Du Nigeria à la Russie

Le voyage de Babatunde en Russie a commencé lorsqu'il a rencontré sa future épouse, une fille yakoutienne appelée  Natalia,  il y a des années. Les deux se sont rencontrés alors qu'il apprenait la langue chinoise en  Chine.  Il a finalement décidé de déménager dans sa ville natale en 2014.

Selon lui, il s'inquiétait au début du froid, disant: « Le froid était la pire chose. Je n'étais pas habitué à vivre comme les gens ici. »On dit que l'  hiver en Yakoutie dure neuf mois, la température moyenne étant de moins 35 ° C en hiver.

Mark Babatunde (twitter / emeka_okafor)
Mark Babatunde (twitter / emeka_okafor)

Il craignait également d'être le seul Africain de la région. « J'étais curieux, nerveux et un peu effrayé; Je craignais que les gens ne m'acceptent pas », a  déclaré Babatunde.

À sa grande surprise, il a été chaleureusement accueilli par les gens, qui lui font toujours des cadeaux, selon  Vesti News , une chaîne de télévision russe. " Ce n'était pas ce à quoi je m'attendais, c'était très agréable", a-t-  il déclaré.

 

Faire une vie en Russie

Il a également reçu une invitation dans un club d'anglais local où il a rencontré le directeur d'une école. Le directeur de l'école a invité Mark à visiter son établissement. Là, il a eu une offre surprenante.

Il a déclaré: « Ils m'ont invité à participer à un séminaire car l'anglais est une langue officielle au Nigeria. J'étais dans une école d'un village et ils m'ont dit: serais-tu intéressé à enseigner le chinois ici? Je ne m'étais jamais attendu à ce que quelqu'un m'engage pour enseigner le chinois là-bas.

Babatunde s'est complètement installé plus de quatre ans plus tard. Il a maintenant trois enfants avec  Natalia, deux sont nés en Chine et le plus jeune est né en Russie. Les deux sont ensemble depuis plus de 10 ans maintenant.

Il enseigne le chinois et l'anglais à l' école secondaire  Oiskaya  où il entretient des liens étroits avec ses élèves.

«La plupart de mes étudiants n’ont pas quitté leur région. Ils s'intéressent beaucoup à la Chine, au Nigeria et aux autres pays », a-t-  il déclaré. «Mes élèves sont très intelligents, très bien cultivés et ont de bonnes manières. Je les raconte comme s’ils étaient mes propres enfants .

Les médias russes rapportent qu'il est adoré de ses élèves, qui se disent «un grand enseignant et une grande personne».

Mark Babatunde (twitter / siberian_times)
Mark Babatunde (twitter / siberian_times)

Il s'est également habitué au froid, a appris le russe et travaille maintenant sur son yakutien. L'un de ses mets préférés est maintenant un mets raffiné local appelé «Stroganina», composé de tranches de poisson cru ou de viande servies froides.

Il partage actuellement son expérience en ligne via sa  chaîne Youtube  : "L'Africain le plus au monde du monde". Il réalise ses vidéos avec l'aide de ses amis.

Dans ses mots: « Il y a deux amis à moi qui travaillent dans la chaîne de télévision locale. Ils ont tous les deux un équipement professionnel que nous pourrions utiliser pour filmer à très basse température. Je ne tire aucun avantage financier de mes vidéos. C'est juste pour le plaisir. "

«Peut-être un jour, l'histoire aura-t-il été consigné que j'ai été le premier Africain à se rendre dans certains de ces endroits » , espère Babatunde.

358 Vues