Selon une étude une femme sur trois sort avec un homme seulement pour la nourriture gratuite



Selon une étude une femme sur trois sort avec un homme seulement pour la nourriture gratuite

Une nouvelle étude a révélé qu'une femme sur trois est allée à un rendez-vous avec un garçon juste pour avoir un repas gratuit.

Beeso est un réseau social qui a pour but la promotion de la culture afropolitaine et urbaine.
Déjà des milliers d'utilisateurs ont sauté le pas. Faites comme eux et rejoignez la première communauté Afro-Connecté de France.

La recherche a été menée par Brian Collisson, Jennifer Howell et Trista Harig de  l'Université Azusa Pacific  et de UC Merced, et publiée dans la revue  Social Psychological and Personality Science  vendredi.

L’étude, intitulée «appel à des gourmands», est un processus par lequel une personne prend rendez-vous avec une personne qui ne l’intéresse pas, mais qui cherche à obtenir un repas gratuit.

Le nom vient du terme «appel au butin» - un argot pour appeler une connaissance pour du sexe.

Les deux études en ligne réalisées par les chercheurs ont montré que 23% à 33% des femmes «se sont lancées dans un appel à la gourmandise».

Au cours de la première étude, 820 femmes - dont 40% étaient célibataires, 33% mariées et 27% engagées dans une relation sans être mariées - ont été recrutées. Parmi les participants, 85% ont déclaré être hétérosexuels et ont été au centre de l’étude.

Leurs traits de personnalité, leurs croyances sur les rôles de genre et leur histoire«d’appel de gourmands» ont tous été mesurés. On leur a également demandé s'ils pensaient qu'un appel de gourmands était socialement acceptable.

Près du quart - environ 23% - des participants du premier groupe ont déclaré s'être engagés dans un «appel à la nourriture».

Bien que certaines femmes aient pensé que «l'appel des gourmands» était plus acceptable, d'autres étaient d'avis que c'était extrêmement ou moyennement inacceptable.

Pour la deuxième étude, une série de questions similaires de 357 femmes hétérosexuelles ont été analysées et il a été découvert que 33% d'entre elles s'étaient engagées dans un «appel à l'alimentation».

Les auteurs ont toutefois souligné qu'aucune des études n'avait recruté d'échantillons représentatifs de femmes, de sorte que le pourcentage pourrait ne pas être exact pour les femmes en général.

Ils ont noté que des «appels de gourmands» pouvaient survenir dans tous les types de relations et pouvaient être perpétrés par tous les sexes.

254 Vues