Une nouvelle chef de village annule 850 mariages d'enfants et remet les filles à l'école


La plupart des gens n'ont jamais entendu parler d'un héros comme Theresa Kachindamoto. Elle était la plus jeune des 12 enfants descendants des chefs de village qui ont présidé Monkey Bay au Malawi, en Afrique.

.

 

Lorsqu'elle a appris que c'était à son tour de devenir le nouveau chef principal du village, Kachindamoto travaillait dans une université municipale depuis 27 ans. Une fois au pouvoir, elle a immédiatement décidé de mettre fin à la pratique du mariage d'enfants dans sa juridiction. Au début, Kachindamoto ne s’attendait pas à ce qu’elle ait la chance de devenir chef. Après tout, elle résidait dans une autre ville, avait plusieurs frères et sœurs plus âgés devant elle et elle élevait cinq enfants.

Mais, grâce à sa réputation de «bonne personne», Kachindamoto est arrivée au pouvoir grâce à une élection surprise. Et ses gens lui ont dit que son travail était le sien «que cela me plaise ou non», se souvient-elle. Et bien que le mariage d'enfants soit considéré comme culturellement acceptable dans sa région, principalement en raison du taux élevé de pauvreté, il est également illégal dans son pays depuis 2015. Cela n'a toutefois pas mis fin aux mariages d'enfants, car les jeunes filles pouvaient toujours être mariées. tant qu'ils ont le consentement parental. Cependant, Kachindamoto a décidé de mettre fin à la longue tradition consistant à dépouiller les jeunes filles de leur enfance en les forçant à épouser des hommes plus âgés et à devenir mères avant 18 ans.

Wikimedia Commons

Alors qu’elle voyageait dans la baie des singes pour rencontrer les personnes qu’elle gouvernerait, Kachindamoto a rencontré des filles aussi jeunes que 12 ans, avec des maris plus âgés et des enfants qu’elles élevaient.

"Je leur ai dit: 'Que cela vous plaise ou non, je veux que ces mariages soient résiliés.'"

Google via Twitter

L'histoire de Kachindamoto peut sembler petite. après tout, elle n'est qu'un chef de village. Cependant, elle est le chef de plus de 900 000 personnes, ce qui la fait définitivement sortir de la catégorie des «maires de petites villes». Jusqu'à présent, elle a annulé plus de 850 mariages et renvoyé ces filles à l'école.

Mawlawi est classé parmi les pays les plus pauvres du monde. Et, selon une enquête menée par les Nations Unies en 2012, plus de la moitié des filles du pays étaient mariées avant d'avoir 18 ans.

En outre, des organisations travaillent dans le pays pour avertir les parents des dangers associés aux mariages et aux naissances précoces.

Malheureusement, les parents sont généralement si pauvres qu'ils ne peuvent pas se permettre de loger et de nourrir leurs filles. Ils ont donc souvent le sentiment qu'ils n'ont d'autre choix que de les marier avec des hommes plus âgés.

Swathi Sridharan via Wikimedia Commons

La réalité du mariage des enfants est que cela entraîne souvent des complications lors de l'accouchement, principalement parce que le corps des filles est trop petit pour supporter le stress de l'accouchement en toute sécurité.

Peut-être même pire, ces filles sont souvent envoyées dans des camps abjects pour «kusasa fumbi», un mot qui se traduit par «nettoyage». Cependant, cette pratique est en réalité une initiation sexuelle.

Ces camps enseignent aux filles, âgées de sept ans à peine, comment effectuer des actes sexuels pour apaiser leur futur mari.

Kachindamoto a été le premier chef à imposer une ligne dure à toute personne impliquée dans ces pratiques, menaçant de limoger tout sous-chef qui la sanctionnerait.

Magazine Affinity via Twitter

Lorsque les parents ont commencé à protester contre la loi de Kachindamoto, elle n'a pas reculé. Elle savait qu'elle ne pourrait pas changer les mentalités de ces parents, mais elle pourrait changer la loi.

Elle a donc réuni ses 50 sous-chefs et leur a fait signer un accord qui abolissait officiellement le mariage des enfants et annulait les mariages d’enfants existants dans sa région.

Bien sûr, il y avait ces gens qui ont décidé de continuer la pratique de toute façon.

Cependant, Kachindamoto a démontré qu’elle ne déconnait pas en limogeant quatre chefs masculins qui présidaient des zones où la pratique se déroulait encore. Ils ont seulement retrouvé leur emploi une fois qu'ils ont accepté d'appliquer la nouvelle loi en annulant les mariages et en renvoyant les filles à l'école.

Vital Voices via Facebook

Malgré de nombreuses menaces de mort, Kachindamoto est demeuré inébranlable.

«Je m'en fiche, ça ne me dérange pas. J'ai dit n'importe quoi, on peut parler, mais ces filles vont retourner à l'école », a-t-elle dit.

Le nouveau chef a également trouvé des moyens de financer la scolarisation des filles, estimant que leurs parents ne pouvaient pas payer les frais de scolarité.

L'aile via Twitter

Cependant, Kachindamoto ne se contente pas de penser qu'elle en a assez fait. Le chef a également embauché un réseau de «mères et pères secrets» dans les villages pour s'assurer que les parents ne retirent pas leurs filles de l'école.

Et quant à ceux qui se plaignent encore de la nouvelle loi de leur chef? Elle dit qu'ils sont le moindre de ses soucis.

«Je suis chef jusqu'à ma mort», dit-elle en riant.

Quelle incroyable histoire de courage face à une tradition inhumaine de longue date. Assurez-vous de partager l'histoire de Kachindamoto avec vos amis et votre famille.

11535 Vues

Réponses