Dans les familles les plus pauvres, une adolescente sur trois n'a jamais été à l'école (UNICEF)


Le lundi 20 janvier 2020, le Fonds des nations unies pour l’enfance (UNICEF) a rappelé que près d’une adolescente sur trois dans les ménages les plus pauvres du monde n’a jamais été à l’école. L’organisme internationale a, par ailleurs exhorté les décideurs …

.

Le lundi 20 janvier 2020, le Fonds des nations unies pour l’enfance (UNICEF) a rappelé que près d’une adolescente sur trois dans les ménages les plus pauvres du monde n’a jamais été à l’école.

L’organisme internationale a, par ailleurs exhorté les décideurs politique à s’attaquer aux disparités « honteuses » en matière de dépenses publiques consacrées à l’éducation, lors du forum mondial sur l’éducation qui aura lieu le mardi 21 janvier 2020 à Davos (Suisse) pour le Forum économique mondial.

Publicité
 

La pauvreté, la discrimination due au sexe, le handicap, l’origine ethnique, la langue d’enseignement, l’’éloignement géographique des écoles et la médiocrité des infrastructures. Ces facteurs sont autant d’obstacles qui continuent d’empêcher les enfants les plus pauvres d’accéder à une éducation de qualité.

Pour l’UNICEF, l’exclusion à chaque étape de l’éducation perpétue la pauvreté et est un facteur déterminant d’une crise mondiale de l’apprentissage. Dans un nouveau rapport, l’agence onusienne met en évidence de grandes disparités dans la répartition des dépenses publiques d’éducation. Un financement limité et inégalement réparti se traduit par trop d’élevés par classe, des enseignants mal formés, un manque de matériel éducatif et une infrastructure scolaire médiocre.

Une telle situation engendre des conséquences négatives sur la fréquentation scolaire, l’inscription des enfants et leur apprentissage, prévient le Fonds.

« Partout, les pays manquent à leurs engagements envers les enfants les plus pauvres du monde et, ce faisant, échouent eux-mêmes », a déploré Henrietta Fore, la Directrice exécutive de l’UNICEF, dans un communiqué.

« Tant que les dépenses publiques d’éducation seront biaisées de manière disproportionnée en faveur des enfants des ménages les plus riches, les plus pauvres auront peu d’espoir d’échapper à la pauvreté, d’acquérir les compétences dont ils ont besoin pour être compétitifs et réussir dans le monde d’aujourd’hui et contribuer aux économies de leur pays », a souligné la haute responsable onusienne.

Dépenses en matière d’éducation : 10 pays d’Afrique affichent les disparités les plus importantes

Publicité 2
 


Le rapport de l’agence onusienne note que le manque de ressources disponibles pour les enfants les plus pauvres aggrave une « crise d’apprentissage paralysante », car les écoles ne fournissent pas une éducation de qualité à leurs élèves. Selon la Banque mondiale, plus de la moitié des enfants vivant dans les pays à revenu faible ou intermédiaire ne savent ni lire ni comprendre une histoire simple à la fin de l’école primaire.

Financer davantage l’éducation des enfants les plus pauvres, mettre l’accent sur l’enseignement avant le primaire.

 


Source : https://www.afrikmag.com/dans-les-familles-les-plus-pauvres-une-adolescente-sur-trois-na-jamais-ete-a-lecole-unicef/

 
297 Vues

Réponses