Des étudiants africains pris au piège dans la ville de Wuhan frappée par un coronavirus demandent de l'aide


Sortir du lit est difficile pour Thomas Kanzira. «Vous vous réveillez tous les matins et réalisez que vous êtes pris au piège», dit-il. "Vous continuez à vérifier votre température - vous ne pouvez pas vous empêcher de vous demander si vous êtes infecté mais n'avez

.

Sortir du lit est difficile pour Thomas Kanzira.

«Vous vous réveillez tous les matins et réalisez que vous êtes pris au piège», dit-il. "Vous continuez à vérifier votre température - vous ne pouvez pas vous empêcher de vous demander si vous êtes infecté mais n'avez tout simplement pas commencé à montrer des symptômes."

Kanzira, un étudiant en médecine ougandais de 25 ans, fait partie des milliers d'étudiants africains vivant à Wuhan, une ville du centre de la Chine de 11 millions d'habitants qui est actuellement en détention en raison d'un coronavirus à propagation rapide. La maladie, qui serait originaire de Wuhan à la fin de l'année dernière, a tué jusqu'à présent près de 500 personnes et infecté des dizaines de milliers d'autres, et des cas ont été signalés dans au moins deux douzaines de pays dans le monde.

Kanzira d' abord reçu les nouvelles du virus à la mi-Janvier, lorsque les messages d' avertissement aux gens d'éviter les espaces encombrés ont commencé à circuler sur les médias sociaux. Mais les vraies inquiétudes se sont manifestées quelques jours plus tard, lorsque les universités ont annoncé leur fermeture, car le nombre de cas et de décès a commencé à augmenter.

Pour Kanzira, la vie en quarantaine est devenue quelque chose qui ressemble à un film d'horreur.

«Les rues sont vides; c'est comme une scène d'un de ces films d'apocalypse hollywoodienne », dit-il au téléphone.

Kanzira s'est parfois aventurée à acheter les fournitures nécessaires, une autre expérience drainante en soi. «Quand je sors, je double les masques et les gants», dit-il. «La minute où j'arrive à la maison, je vaporise mes mains avec de l'eau de Javel, je les lave avec du savon antibactérien, puis je nettoie toutes les poignées de porte que j'ai touchées.»

Ce qui a rendu la situation plus pénible, c'est ce qu'il ressent comme une inaction de la part des autorités de son pays, contrairement aux gouvernements du monde entier qui ont agi rapidement pour faire sortir leurs citoyens.

«Nous avons d' abord entendu que les Américains évacuaient leurs citoyens, puis d'autres pays ont emboîté le pas - vous regardez vos collègues être évacués et vous vous sentez impuissant et abandonné.»

Kanzira, un étudiant de l'Université de Jianghan, dit que lui et ses amis ont contacté divers responsables du gouvernement ougandais mais ont été invités à suivre les directives fournies par le gouvernement chinois.

«Ils nous ont essentiellement laissés à nous-mêmes, ils pourraient nous ramener chez nous et nous y mettre en quarantaine pendant 14 jours», dit-il, se référant à la période d'incubation maximale pour le virus. «Le verrouillage sera en place ici jusqu'à ce que le virus soit contenu, ce qui pourrait prendre des mois. Les écoles et les bureaux resteront fermés, que deviendrons-nous? »

C'est une question posée par de nombreux autres jeunes des pays africains qui sont partis étudier en Chine ces dernières années. Le pays est devenu la deuxième destination la plus populaire pour les étudiants africains fréquentant l'université à l'étranger, Pékin offrant un éventail de bourses dans le cadre de l'approfondissement des relations avec de nombreux pays du continent.

Plus tôt cette semaine, l'Université de Yangtze a annoncé qu'un étudiant camerounais de sexe masculin avait été infecté par le virus, faisant du jeune de 21 ans le premier Africain à avoir reçu un diagnostic de la maladie.

Jusqu'à présent, le Maroc et l'Égypte ont décidé d'évacuer leurs citoyens, tandis que l'Algérie a également affrété un avion pour ramener son propre peuple aux côtés de ressortissants libyens, mauritaniens et tunisiens. Le Kenya a également annoncé cette semaine qu'il évacuerait les 85 Kenyans coincés à Wuhan, mais seulement lorsque les autorités lèveront le verrouillage.

 

Sur la base des rapports des médias locaux, les autorités d'autres pays africains, notamment les gouvernements du Zimbabwe, du Soudan, de l'Ouganda et de la Zambie, sont parmi celles qui ont exprimé leur confiance dans la capacité du gouvernement chinois à assurer la sécurité de leurs ressortissants, suggérant ainsi que l'évacuation n'est pas dans les cartes. Au lieu de cela, ils ont exhorté les gens à rester à l'intérieur et à suivre les instructions données par les autorités chinoises.

«Le gouvernement dit qu'il ne peut pas évacuer, cela nous a vraiment frustrés», explique Rahab Elhadi Hkreldour Adam, ressortissant soudanais et étudiant à l'Université des sciences et technologies de Huazhong.

«La situation devient de plus en plus difficile de jour en jour.»

Bien que les craintes concernant la santé physique puissent être au premier plan de ceux qui sont en détention, il y a aussi des conséquences psychologiques.

«J'ai l'impression que les murs s'effondrent autour de moi; il y a des moments où je pense que je perds la tête », explique Lucy, une étudiante kenyane qui n'a donné que son prénom, ajoutant que sa santé mentale se détériore au milieu d'une anxiété accrue. «Que se passe-t-il lorsque mes antidépresseurs s'épuisent? Comment le gouvernement kenyan peut-il nous attendre à survivre comme ça? »

Vimbai Murombo, étudiante zimbabwéenne à la Yunnan Technology and Business University, est également frustrée par le gouvernement de son pays. La jeune femme de 20 ans s'est rendue à Wuhan de la province du Yunnan, dans le sud-ouest de la Chine, pour rendre visite à son cousin pendant les vacances du Nouvel An lunaire. Quelques jours avant son retour, elle a reçu une notification de la compagnie aérienne l'informant que tous les vols avaient été annulés.

«Cela aiderait vraiment le gouvernement zimbabwéen de montrer qu'il se soucie de nous», dit-elle, tout en exprimant ses craintes d'une éventuelle pénurie alimentaire. «Les services de transport étant interrompus, il est difficile d'obtenir de la nourriture, et les pharmacies manquent de masques. Si l'électricité était coupée dans cet appartement, il n'y aurait aucun moyen d'obtenir de l'aide, c'est terrifiant. Mentalement, je ne vais pas bien. »

Tisiliyani Salima, étudiante en médecine et représentante de la Zambian Student Association à Wuhan, est également préoccupée par les effets psychologiques.

«J'ai parlé à des gens qui n'ont pas vu d'autre personne depuis le début du verrouillage, ils sont complètement isolés.»

Pour Salima, le nombre croissant de morts et le sentiment d'être abandonné sont difficiles à prendre. «Regarder nos camarades de classe d'autres parties du monde être évacués a laissé beaucoup de gens déprimés et dévorés par la peur», dit-elle.

Comme beaucoup d'autres, elle passe son temps à parler à ses proches à la maison. «Ils veulent juste que nous rentrions chez nous; nous espérons vraiment que le gouvernement et l'Union africaine évacueront les citoyens africains d'ici. »

Pendant ce temps, les experts médicaux du continent semblent divisés sur la question de l'évacuation.

Kyeng Mercy Tetuh, un expert et épidémiologiste camerounais en santé publique, dit que les pays africains doivent ramener leurs citoyens à la maison de manière à garantir que «nous n'inoculons pas le virus sur le continent», tandis que le clinicien tanzanien Joachim Mabula dit qu'aucune évacuation ne devrait avoir lieu jusqu'à ce que «le problème soit résolu pour éviter une nouvelle transmission».

Une source associée au ministère ougandais de la Santé a déclaré: «La décision du gouvernement de ne pas évacuer les citoyens est parce qu'ils savent qu'ils ne sont pas préparés au virus. Cependant, la décision est plutôt à courte vue. »

De retour à Wuhan, Kanzira, l'étudiant en médecine ougandais, laisse échapper un soupir résigné au téléphone alors qu'il envisage l'avenir.

«Si je meurs ici, ils m'incinéreront, sans famille ni funérailles. Rentrons chez nous, je préfère y mourir. »

 
284 Vues

Réponses