Bienvenue dans la «guerre spirituelle» de la lutte vaudou congolaise


La République démocratique du Congo est un pays de folie de la lutte. On a dit qu'en dehors du football, la lutte devait être le sport le plus préféré des Congolais. C'est un phénomène dont les graines ont été semées dans la capitale Kinshasa en 1971 par des promoteu

.

La République démocratique du Congo est un pays de folie de la lutte. On a dit qu'en dehors du football, la lutte devait être le sport le plus préféré des Congolais.

C'est un phénomène dont les graines ont été semées dans la capitale Kinshasa en 1971 par des promoteurs de catch américains et européens.

Les meilleurs lutteurs d'Europe et des États-Unis ont été transportés par avion vers le pays d'Afrique centrale pour ce qui était en partie un événement sportif mais une plus grande partie de l'agitation géopolitique de la puissance douce.

De telles attractions et leurs motivations n'étaient pas rares à cette époque. En effet, dans la ville même de Kinshasa en 1974, Muhammad Ali et George Foreman ont vendu l'un des combats les plus emblématiques de l'histoire de la boxe.

Il est injuste de dire que les Congolais n'avaient aucune idée de ce qu'est un match de catch avant l'événement de 1971. Les combats sportifs sont, de façon prouvée, originaires de presque toutes les sociétés africaines.

Ce que 1971 a fait, cependant, a été de marquer le début d'une culture sportive organisée dans un pays africain de plus en plus urbanisé.

Dans cette compétition, un lutteur congolais jeune mais féroce était impliqué en tant qu'outsider. On ne s'attendait pas à ce qu'il aille loin mais la participation à domicile a été jugée nécessaire.

Son nom était Kele Kele Lituka.

Lituka a littéralement frappé au-dessus de son poids, bouleversant les prévisions en battant le champion européen Claude Leron et en finale, en battant El Greco, le célèbre lutteur américain.

Après le triomphe de Lituka, la lutte est devenue un sport national. Mais la curiosité avec l'étrange exploit qu'il avait réalisé n'était pas perdue pour les Occidentaux.

Pour les locaux, la réponse était simple. Le secret de Lituka était la fétiche, le français pour le fétiche mais aussi le métonyme local pour les variétés du mysticisme et du spiritisme africains.

En Occident, on peut être plus à l'aise de l'appeler vaudou.

La lutte est ainsi devenue synonyme de fétiche au Congo. À partir des années 80, l'homme connu sous le nom d'Edingwe Moto na Ngenge est devenu l'enfant de l'affiche pour voodoowrestling.

Moto na Ngenge est le surnom d'Edingwe dans la langue lingala dont l'approximation anglaise se lit quelque chose comme "Man of Great Power".

Fidèle à son nom, Edingwe est devenu la quintessence de cette interprétation de la lutte où les poings et les pieds ne suffisaient pas. On a été autorisé à être offensant spirituellement, apportant avec eux dans le ring, leurs charmes magiques.

Les costumes élaborés qui avaient des amulettes et des talismans ou une poudre magique étaient courants. Il y avait aussi ceux qui pouvaient amener leurs reptiles, morts ou vivants, et d'autres animaux pour effectuer de la magie sur le ring.

Dans ces compétitions, les spectateurs, les amateurs et les combattants disent qu'aucune quantité de séances de gym et d'arts martiaux ne peut sauver un lutteur vaudou. Un bon lutteur vaudou est celui qui peut neutraliser les pouvoirs d'un adversaire et les maîtriser.

Parfois, dans un match de lutte vaudou, la défaite pourrait signifier la mort des vaincus.

Dans les films documentaires sur la lutte vaudou, les sujets rapportent les choses les plus bizarres à part la mort - mettre le feu à un adversaire, manger les intestins d'un adversaire parmi d'autres drames ignobles.

À ses débuts, la lutte vaudou avait le soutien du dictateur congolais et aficionado connu de la mystique africaine, Mobutu Sese Seko. Il y avait une compétition de ligue parrainée par le gouvernement.

Dans le cadre de ce que le président Mobutu a dit était un projet d'africanisation, des moyens qui étaient considérés comme trop occidentaux et / ou chrétiens ont été abattus par le gouvernement.

Mobutu lui-même, né Joseph-Désiré Mobutu, a changé son nom pour Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Wa Za Banga.

Les lutteurs vaudous étaient des célébrités en dehors des musiciens et des stars du football. Mais tout a commencé à changer lorsque le gouvernement a dû faire face aux répercussions matérielles d'années de corruption et de suppression des libertés individuelles.

Au moment où Sese Seko a été renversé en 1997, les lutteurs vaudous n'étaient plus les hommes qu'ils étaient.

Mis à part la cessation du soutien national, la croissance du christianisme pentecôtiste a également été un puissant changeur d'esprit pour des millions de personnes qui, auparavant, ne voyaient rien de mal à la lutte vaudou.

De nos jours, la lutte vaudou est considérée comme le passe-temps des pauvres et des Congolais moralement et spirituellement incompétents. Malgré le soutien de quelques individus fortunés qui plaident au nom de la «restauration de la culture congolaise», la lutte vaudou est en difficulté.

Il existe également une dimension plus récente de la participation des femmes. Cela est considéré comme un moyen d'autonomiser les jeunes femmes qui pourraient autrement être victimes d'agression dans l'un des pays où les écarts entre les sexes sont les plus graves.

907 Vues

Réponses