Plusieurs rebelles rwandais présumés seront inculpés en justice


57 suspects du New Times, dont la majorité sont d'anciens membres de la milice armée anti-rwandaise, seront traduits en justice et inculpés, le Bureau d'enquête sur le Rwanda…

.

 

57 suspects, dont la majorité sont d'anciens membres de milices armées anti-Rwanda, seront traduits en justice et inculpés, a indiqué le Rwanda Investigation Bureau (RIB).

 

Les suspects, qui ont été arrêtés à plusieurs reprises au Rwanda et en République démocratique du Congo, sont inculpés d'un certain nombre de chefs d'accusation: terrorisme, complot en vue de renverser un gouvernement légitime, meurtre et pillage, ainsi que constitution et appartenance à des groupes armés.

34 des suspects sont d'anciens membres de milices tandis que 23 sont des civils, selon le porte-parole par intérim du RIB, Dominique Bahorera, qui a ajouté que leurs dossiers avaient déjà été transmis au parquet.

Les 34 anciens membres des milices appartiennent aux groupes P5, RUD-Urunana, CNRD et FDLR, tous basés dans l'est de la RD Congo, a rapporté la publication rwandaise The New Times.

Les civils seront jugés par des tribunaux civils tandis que les soldats seront jugés par un tribunal militaire .

Certains des rebelles qui se sont entretenus avec les médias locaux avaient des remords quant aux actes qu'ils avaient commis avant leur arrestation.

Certains, comme Emmanuel Iyamuremye, un `` colonel '' du CNRD, ont déclaré que l'actuelle administration congolaise les avait critiqués plus durement que la précédente.

Iyamuremye a été arrêté par l'armée congolaise dans la région d'Uvira en 2019 lors d'un voyage pour rendre visite à sa femme.

«C'est après mon retour à la maison que j'ai réalisé à quel point nous étions faibles. Compte tenu de ce que j'évalue maintenant, je regrette vraiment le temps que j'ai perdu dans la vie. On nous a dit que nous pouvions capturer le pouvoir. C'était un gros mensonge. Pour l'instant, je demande seulement à quelques-uns de mes anciens collègues au Congo de s'arrêter et de rentrer chez eux s'ils veulent avoir une chance dans la vie. »

Le New Times a cité Iyamuremye disant que les groupes rebelles rwandais restants en RD Congo «n'ont pas de véritable direction ni de capacité de combat.

Il a ajouté qu'il était difficile pour ceux qui restaient de l'autre côté de la frontière de rentrer car ils étaient toujours pris en otage par leurs supérieurs.

 
71 Vues

Réponses