La couleur du mensonge Religieux



La couleur du mensonge Religieux

Depuis plusieurs années maintenant, des questions sur la “race” du Christ sont posées, ainsi que des questions qui sèment le doute sur la véracité des portraits et tableaux présentés dans les « sanctuaires » chrétiens. Des questions qui pointent du doigt la préférence racia

Beeso est un réseau social qui a pour but la promotion de la culture afropolitaine et urbaine.
Déjà des milliers d'utilisateurs ont sauté le pas. Faites comme eux et rejoignez la première communauté Afro-Connecté de France.

Depuis plusieurs années maintenant, des questions sur la “race” du Christ sont posées, ainsi que des questions qui sèment le doute sur la véracité des portraits et tableaux présentés dans les « sanctuaires » chrétiens. Des questions qui pointent du doigt la préférence raciale que l’Eglise a voulu donner aux récits bibliques et à ses personnages. L’exemple le plus parlant serait celui d’Adam et Ève. Selon la Bible, Dieu a fait l’homme à son image. Selon cette même Bible, Adam et Ève sont les premiers hommes fait par Dieu…toujours à son image. Depuis mon enfance je vois partout des peintures « représentatives » d’Adam et Ève, dans les églises, les musés, les livres d’histoire…

Ma question au sujet de ces représentations que l’on voit partout est:

« si Adam et Ève avaient la peau blanche, d’où vient l’homme noir?« 

Je me pose et vous pose cette question parce que scientifiquement et historiquement parlant, il a été prouvé que le premier homme sur terre était noir. Alors pourquoi Adam et Ève ne sont ils pas représentés à la couleur des premiers hommes? Ces hommes n’étaient ils pas à l’image de Dieu?
Comme à tant d’autres personnages bibliques, ceci s’applique aussi à Moise. Souvenez-vous que les écrits de la Bible disent que Moise était physiquement confondu aux Égyptiens. J’ai pour connaissance que les anciens Égyptiens étaient noirs. Et pour les sceptiques, nous avons les peintures des pyramides pour sources, entre autres.

 » Mais dans quel intérêt aurait-on falsifié leur apparence? »

à ceux qui se posent cette question, je répondrais qu’il existe une multitude de réponses. Je ne vais en mentionner qu’une pour chaque point.

  1. Deux récits nous dépeignent de manière « non subliminal » le portrait de Dieu. Le fait que la Bible dise que Dieu a fait l’homme à son image et que cette même Bible dit que Adam et Ève sont les premiers hommes que Dieu a fait.  Quand ces mêmes hommes sont représentés partout et même dans les églises installe de manière subliminale dans l’esprit de tous que Dieu est…
  2. Moise… Pour faire court, de quel religion Moise est-il le père? Vous imaginez s’il était représenté en homme noir.

Etant d’éducation Chrétienne, toutes ces questions m’ont également amené à me poser des questions sur Jésus. Après tout, n’est-ce pas ce que nous demande la Bible dans 2Pierre 1:5 ? C’est donc ce que je décida de faire en bon Chrétien, d’abord sur les différentes représentations qui sont faites du Christ. Je voulais absolument savoir si l’image du messie, Celui qui est Dieu selon l’église, avait été modifiée.

www.emmanuelkani.com

Fresque d’église à l’effigie de Jésus

La déception liée à ma découverte fut si grande qu’un voile bien plus que sombre fut jeté sur ma confiance en l’Eglise. Ainsi donc les représentations de Jésus en homme blanc ne sont rien de plus que des mensonges eurocentriques. Comment n’ai je pas pu le voir plus tôt? Il est né à Nazareth comment suis-je passé pendant aussi longtemps à coté d’un mensonge aussi flagrant?

L’élaboration de la Bible…les apocryphes

La Bible n’est pas un livre ordinaire, mais une collection de livres très divers. Le mot grec qui la désigne : ta biblia, signifie les « livres ». Elle se compose de récits mythiques, épiques ou historiques, de listes de lois ou de généalogies, de poèmes, de textes de sagesse, de prophéties, de paroles visionnaires, de prières, d’exhortations. L’écriture de ces livres a commencé vraisemblablement au VIIIe siècle avant Jésus-Christ pour s’achever vers 100 après Jésus-Christ. D’abord écrits séparément, ces livres ont été inlassablement médités, recopiés, puis peu à peu regroupés et classés au fil des siècles. La Bible est le texte de référence des juifs mais aussi des chrétiens (même si, bien sûr, les juifs ne reconnaissent pas les écrits qui parlent de Jésus et qui constituent le Nouveau Testament). On retrouve aussi dans le Coran l’histoire d’Abraham, celle de Moïse, la personne de Marie (Myriam) et celle de Jésus (Aïssa) ainsi que de nombreux autres emprunts.

L’empereur Constantin (au centre), avec les évêques du concile de Nicée (325)

La bible que nous connaissons aujourd’hui a été décidée lors du premier concile de Nicée, concile pendant lequel on décida de la direction à donner à l’église et de la composition de le Bible. Ce concile fut décidé et imposé par l’empereur Constantin, qui ironiquement n’était pas croyant pour un sous. Pendant 5 jours, plus précisément du 20 au 25 mai 325, les hommes choisis par l’empereur Constantin vont rassembler les textes apocryphes qui vont devenir la Bible. Pendant ces 5 jours, on va écarter et sélectionner les textes qui serviront à diriger les hommes et les unir sous « UN ». C’est dans ces mêmes apocryphes écartés par l’église et l’empereur, que l’on découvre les évangiles oubliés. Parmi ces évangiles oubliés, on découvre l’évangile de THOMAS par exemple , qui parle de l’esprit et du corps. IL y a également l’évangile de Juda ou celui de Marie-Madeleine parmi plein d’autres. L’un des écrits les plus connus auprès du grand public est l’Évangile de Philippe. Il évoque une relation intime entre le Christ et Marie-Madeleine. On peut donc comprendre pourquoi le choix d’écarter certains textes.

 

Lire La Suite