AFROBYTES 2018, BEESO Y ETAIT ET VOUS DIT TOUT !


Afrobytes, LA conférence incontournable au croisement de l'Afrique et la Tech

.
Par Beeso communication, le 14/06/18

 

Jeudi 7 juin 2018, nous avons eu l’opportunité de participer au forum  AFROBYTES qui s’est tenu dans les locaux du Medef à Paris.

Un évènement en grande pompe pour la promotion de la AFRICAN TECH’.

Pour cette deuxième édition de AFROBYTES, le forum a débuté sur une conférence d’ouverture qui nous a vite mis dans l’ambiance de ce qui nous attendrait par la suite.

Sur scène, Haweya Mohamed et Ammin Youssouf, fondateurs d’AFROBYTES donnent le ton de cette rencontre orientée vers une dynamique de « MarketPlace ».

 

Cérémonie d'ouverture d'Afrobytes 2018 sous le signe du WAKANDA 

 

 

En effet, sur les deux jours de forum, il s’agit de la réunion des entrepreneurs de la African techgrands groupes comme start ups naissantes – ainsi que d’autres professionnelles : journalistes, consultants en business développement, organisateurs de concours pour startups numériques, promoteurs et agents d’aide au développement. Le but d’AFROBYTES est de favoriser les échanges entre les uns et les autres.

Sessions de networking, conférences workshop, ateliers, ou rencontres informelles autour du buffet, l’équipe de Beeso a pu entrer dans les coulisses de cette réunion d’affaires à l’Africaine.

Nous avons pu assister à une conférence sur « les réseaux sociaux sont devenus les médias africains », « l’intersection entre la mode et la technologie afin de contribuer à des histoires représentatives de l’Afrique contemporaine » ou encore « la rencontre entre l’énergie et la technologie et l’émergence de l’Afrique par le biais de l’innovation ».

 

Les points positifs du forum Afrobytes :

Des professionnels reconnus qui témoignent et donnent leurs impressions selon leurs domaines d’activité en Afrique. D’ailleurs, nous avons retrouvé quelques personnes croisées lors de Viva tech paris, en mai dernier. Etaient présents :

Thierry Barbaut responsable numérique à l’agence des micro projets et expert des questions de développement numérique en Afrique.

 

Amina BELGHTI, directrice des partenariats chez INSTAGRAM France.

 

Isabelle FAGGIANELLI, directrice de la transformation digitale de LVMH France.

 

DOTUN OLOWOPOROKU, directeur des partenariats chez STARTA, cabinet de conseil anglais, spécialisé en business développement en Afrique et animateur du podcast « Bulding the Future », qui répertorie des chroniques sur l’Afrique, la croissance, l’entrepreunariat et l’innovation sur le continent.

 

De gauche à droite: Isabelle FAGGIANELLI, TANIA HABIMANA, Amina BELGHTI et SISSI JOHNSONConférence l’intersection entre la mode et la technologie afin de contribuer à des histoires représentatives de l’Afrique contemporaine

 

Des entrepreneurs du tech qui parlent de leurs idées, de leurs actions mais aussi de leurs difficultés.

A ce sujet, nous avons rencontré deux jeunes entrepreneurs franco-maliens qui ont fondé la startup YEELEN SOLAR. Leur projet est de rendre accessible l’électricité solaire dans les villages Malien. Abdoulaye Gackou, ingénieur de formation, a pu profiter de AFROBYTES pour donner de la lumière à ses activités et lancer un appel à partenariat à des grands groupes, comme EDF qui était présent avec, Emmanuel Sellier, responsable EDF Afrique et Christ Anderson, responsable du projet EDF pulse Africa dont il a notamment partagé le lancement de l’édition 2018 de ce concours.

 

Finalement, AFROBYTES s’inscrit dans une vision futuriste et pragmatique du monde des affaires en Afrique afin de faire pont entre des dynamiques aux origines plurielles. Haweya Mohamed, co-fondatrice de l’évènement avec qui nous avons pu échanger quelques mots, nous a confié sa volonté de s’engager pour la création d’une Afrique profitant aux générations futures « c’est pour vous, que l’on fait cela ! ».

 

 

BEESO était ravi d’aller à la rencontre de ces personnes mais surtout ravi de voir qu’un évènement de cette envergure qui partage les mêmes valeurs et qui réunit autant de personnalités d’origines si diverses, a pu voir le jour à Paris, dans un cadre exclusif. De longues heures de travail d’organisation ont été nécessaires, comme l’ont confié les deux cofondateurs, qui ne peuvent être que fiers de leur prouesse.

 

Notons, néanmoins, que la participation à AFROBYTES demande un coût non négligeable. Le ticket d’entrée s’élève à 250 euros pour un accès d’un jour, en cette édition 2018…

 

 

En attendant, AFROBYTES 2019, nous vous laissons le soin, chers lecteurs, d'apprécier de leurs activités sur leur site internet.

 

Réponses