Staff Benda Bilili : De l'handicap dans les rues de Kinshasa aux plus grandes scènes du monde



Staff Benda Bilili : De l'handicap dans les rues de Kinshasa aux plus grandes scènes du monde

L’histoire de Staff Benda Bilili est unique à plus d’un égard, une gloire ambiguë se dessinant sur une période de 5 années dans lesquelles le groupe kinois a fait le tour du monde et sorti deux albums.

Beeso est un réseau social qui a pour but la promotion de la culture afropolitaine et urbaine.
Déjà des milliers d'utilisateurs ont sauté le pas. Faites comme eux et rejoignez la première communauté Afro-Connecté de France.

 Leur belle histoire se conclut par l’éclatement de la bande en 2013 suite au départ de deux membres majeurs du groupe, Coco Ngambali et Theo Nsituvuidi.

 

Par où commencer ?

 

Cette bande à part, qu’on définirait plutôt comme un orchestre, est composée à l’origine d’une dizaine de membres dont plusieurs ont été atteints de polio pendant leur jeunesse ; ils se déplacent en fauteuil roulant et vivaient dans les rues du Kinshasa, portant des discours musicaux d’une positivité hors norme. Benda Bilili signifie littéralement « met en valeur ce qui est dans l’ombre », un fort symbole de l’idéologie que porte ce groupe, soutenant l’idée que le handicap est principalement psychologique. Leur musique intègre un mélange de couleurs teintées de rythme & blues, rumba congolaise, musique cubaine, reggae et funk !

 

 

 

C’est en 2009 que la bande atypique sort son premier album intitulé Très Très Fort qui trouve un grand succès auprès du public avec plus de 150 000 disques vendus. La reconnaissance fulgurante de leur talent conduit un an plus tard à la sortie du documentaire Benda Bilili ! (qu’on vous recommande) en avant-première au Festival de Cannes (2010), enclenchant une grande notoriété qui permet au groupe de propager sa positivité du Japon aux US en passant par toute l’Europe. Le trailer ci-dessous :

 

 

 

Produit par Renaud Barret et Florent de La Tullaye en 2010

 

La success-story continue en 2012 avec la sortie de leur second album, Bouger le monde, très bien reçu par le public, adorant leurs messages de continent à continent. Cette année-là, ils ont joué au Royal Albert Hall à Londres, en pleins jeux paralympiques. Beaucoup plus qu’un symbole pour ces musiciens...

 

La fin dune belle histoire damour.

 

Fin 2012, une ambiance conflictuelle régnait au sein du « Staff » ; ils avaient mis en place une ONG œuvrant pour les handicapés et les enfants des rues kinoises à l’aide de leur directeur Maurice Ilunga. Des histoires financières ont troublé la joyeuse bande de musiciens, entraînant leur rupture avec le manager belge Michel Winter (qui est à l’origine du lancement du groupe) et avec l’agence de tournées française Run Productions. Ce fut le début de la fin. Le Staff Benda Bilili qu’on a connu n’est plus et c’est malheureux d’être témoins de la déception que peut vivre ce genre de musiciens, s’attendant à un bon retour financier en goûtant au showbiz occidental ; la réalité des coûts financiers, les visas, les partenariats douteux et autres conduisent vite à une réalité loin de l’espoir des messages positifs qu’a fait naître ce groupe d’exception. 

 

Bonus : L'album

211 Vues