Le Rwanda renonce aux frais de visa pour plus de 90 pays

Le cabinet du Rwanda a approuvé les frais d'exemption de visa pour une large catégorie de visiteurs, ce qui en fait l'un des pays les plus ouverts d'Afrique


Le cabinet du Rwanda a approuvé les frais d'exemption de visa pour une large catégorie de visiteurs visitant le pays d'Afrique de l'Est.

Les citoyens des États membres de l'Union africaine, des pays du Commonwealth et de la Francophonie ne seront pas tenus d'obtenir un visa d'entrée au Rwanda pour favoriser la politique d'ouverture du pays, a révélé le procès-verbal de la réunion du cabinet de samedi.

Cette nouvelle politique indique que tous les Africains, les citoyens des pays du Commonwealth et l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) peuvent désormais entrer sans problème au Rwanda en raison des frais d'exemption de visa.

En juin, le Rwanda accueillera la 26 e réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth des Nations, également connue sous le nom de CHOGM 2020.

L'ouverture des visas du pays en fait désormais l'un des pays les plus ouverts du continent.

Le Rwanda a annoncé son intention d'abolir les frais de visa pour les citoyens de plus de 90 pays afin de stimuler l'économie du pays d'Afrique de l'Est en janvier.

La politique a été annoncée mercredi par le président Paul Kagame à l'École internationale de gouvernement du King's College à Londres, tout en parlant du parcours de transformation du Rwanda, rapporte The New Times.

La suppression des frais de visa pour 53 citoyens du Commonwealth ainsi que 54 États membres de la Francophonie à travers le monde ouvrira le Rwanda à des investissements massifs.

Les experts qui ont parlé au New Times observent que le développement augmentera entre autres les chances du Rwanda d'accueillir des sommets mondiaux en raison de la facilité d'accès.

Kagame était au Royaume-Uni pour le Sommet UK-Afrique. Le sommet est la tentative du Royaume-Uni de garantir une relation commerciale solide même si le pays se retire de l'Union européenne (UE).

Le secrétaire britannique au développement international, Alok Sharma, a déclaré: «Le potentiel d'investissement substantiel de l'Afrique est clair, de nombreux pays africains ayant dépassé la croissance économique mondiale au cours des dernières décennies.»

«Le timing est bon. La Grande-Bretagne cherche à réinventer ses accords commerciaux et d'investissement mondiaux. Et plus tard cette année, la plus grande nouvelle zone de libre-échange au monde deviendra opérationnelle en Afrique, couvrant presque tout le continent », a déclaré Kagame.

Kagame a également abordé l'opérationnalisation de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) qui prendra effet en juillet de cette année. Selon lui, l'accord signale aux investisseurs que l'Afrique est prête à approfondir l'intégration régionale.

«La zone de libre-échange continentale africaine démontre aux investisseurs qu'il existe une volonté politique solide en Afrique pour un programme d'intégration régionale plus approfondi. Nous avons de bonnes raisons de profiter de ces développements et de travailler plus étroitement ensemble », a-t-il déclaré.

La 18e session ordinaire de l'Assemblée des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine, tenue à Addis-Abeba, en Éthiopie en janvier 2012, a adopté une décision d'établir une zone de libre-échange continentale (ZLEC) pour une date indicative de 2017.

Le Sommet a également approuvé le Plan d'action pour stimuler le commerce intra-africain (BIAT) qui identifie sept groupes: politique commerciale, facilitation des échanges, capacité de production, infrastructures liées au commerce, financement du commerce, informations commerciales et intégration des marchés de facteurs.

La ZLEC réunira 54 pays africains avec une population combinée de plus d'un milliard de personnes et un produit intérieur brut combiné de plus de 3,4 billions de dollars.

Vos réactions sur cet article


Beeso

1131 Blog Publications

Réponses